Espace Blog

Cabinet Bauer et Bigot

Editeurs juridiques

Sites des principaux éditeurs juridiques. Ils comportent la plupart du temps une partie gratuite et une partie payante. Grâce à la richesse de leurs fonds documentaires, ils sont des outils de travail sans équivalent.

Autres sites juridiques

Sites généralistes diffusant de l’information juridique en ligne. Les sites spécialisés sont répertoriés pour leur part dans chaque page matières.

Recherchez :

Vie pratique

Indices & Taux

Tous les indices et taux en vigueur

Agenda Fiscal / Social

Les calendriers des échéances fiscales et sociales des entreprises et des particuliers

Think Tank


Vous êtes ici : Accueil

Actualités à la une

Imprimer Envoyer l'article par mail Syndiquer l'article

Qui est M. Michel Mercier nommé Garde des sceaux, ministre de la justice le 14 novembre 2010 ?

16 novembre 2010

Troisième garde de sceaux de la législature après Rachida DATI et Michèle Alliot-Marie, M. Michel Mercier, ancien sénateur, centriste, est un homme politique Lyonnais né en 1947 qui a été longtemps Président du Conseil Général du Rhône.

On lit qu’il devrait rassurer la magistrature car il est un ancien professeur de droit…

En réalité, il est difficile de trouver une quelconque trace qu’il aurait laissé dans la communauté juridique…(mais on continue à chercher).

Surtout, il ne semble pas avoir été à proprement parler "ancien professeur de droit", mais simplement, après des études de droit public l’ayant conduit à obtenir un DES de droit public et un diplôme de l’IEP de Lyon, "maître-assistant en finances et collectivité locales" à l’Université Lyon III (Source wikipedia). Autant dire que cette expérience professionnelle, très ancienne, est totalement étrangère à la chose judiciaire. Quant à sa formation juridique, elle relève du droit public, ce qui le désigne pas spécialement, là encore, pour être particulièrement connaisseur des arcanes de la justice.

On relève encore qu’il n’était pas membre de la commission des lois du Sénat à l’époque de son mandat, abandonné en 2009 pour entrer au gouvernement, et les rapports qu’il a pu établir sont tous consacré aux collectivité territoriales et aux finances locales. Un vrai spécialiste des collectivités territoriales qu’on déplace d’un poste ministériel où il avait une vraie légitimité, pour le nommer à la justice…

Cette mise en avant ( sans indication de date sur le site du ministère et avec la simple indication "enseignant à la faculté de droit") semble donc être, encore une fois, de la pure communication politique, et il est plus raisonnable de considérer qu’il fallait trouver un ministère de poids à l’un des deux derniers centristes conservés au gouvernement, pour des raisons d’affichage.

CB

+ Toutes les actualités